zina

Vous savez très bien que la diseuse de bonne aventure sera forcément une arnaqueuse et qu’elle ne fera que vous mentir et vous sortir des formules toutes faites. Mais vous n’êtes pas parvenus à faire taire votre curiosité. Ou votre… naïveté?

Rien que la porte d’entrée de Madame Zina vaut le détour: décorée d’une myriade de petits coquillages multicolores, on a essayé de transformer le rectangle de bois en fête foraine marine. La cloche, ensuite, le son rocambolesque vous en dit long sur l’habitante des lieux.

Tout a été fait pour fasciner, surprendre, mystifier le badaud. Vous ne tomberez pas dans le panneau. Pas vous!

La porte s’ouvre alors tout doucement, et vous voyez apparaître Madame Zina, une grande femme au visage inoubliable, brut, envoûtant. Elle vous jette un regard amusé, complice, sensuel.

Cliquez pour écouter. Si ça ne marche pas, rafraîchissez / rechargez la page. 

Vous suivez la « voyante » dans son antre sentant l’encens et les épices diverses et suaves, aménagé en parfaite caverne d’Ali Baba de bibelots, de bricoles, de babioles. Vous n’avez pas l’impression qu’elle se déplace, qu’elle marche. Mais plutôt qu’elle vole, qu’elle virevolte, qu’elle vibrionne.

Mais, mais, est-ce que Madame Zina posséderait réellement des pouvoirs magiques? Comment sait-elle pour la lame de Tarot? Et comment sait-elle que vous n’avez pas dormi?

Elle vous tend une racine étrange peu ragoûtante à mâcher, séchée, biscornue et à l’odeur à tuer des mouches. Allez-vous la croquer?

(placez-la dans votre inventaire)

Et vous quittez Madame Zina, très fortement intrigués… Comment sait-elle tout cela?

(Si pour des raisons techniques vous n’avez pas réussi à accéder à l’audio, vous pouvez cliquer ici pour lire le texte. Mais ça serait dommage…)