WhatsApp Image 2017-05-07 at 12.02.30

Et le professeur Hippolyte Cornélius de continuer:

« Mais vous avez bien fait de venir ici aujourd’hui. C’est un jour particulier. D’habitude, nous n’ouvrons pas notre clinique au public. C’est réservé aux patients. A part pour la partie hydrothérapie. Mais aujourd’hui dimanche, nous organisons des portes ouvertes. Pour que les Genevois puissent constater que la Clinique Mesmer est à la pointe de l’innovation. Nous organisons en ce dimanche de fin mai de multiples ateliers et expériences.

Voici tout ce que je vous propose. Comme vous le constaterez, nous en avons vraiment beaucoup à vous montrer.

Je vais vous en proposer dix. Mais pas besoin de participer à toutes! Le mieux est que vous vous baladiez tranquillement dans notre prestigieuse institution scientifique parmi elles au gré de vos envies. Choisissez uniquement cinq expériences, ça ira pour aujourd’hui. A vous de choisir.

Voici celles que je peux vous conseiller. Bien sûr, il y en beaucoup d’autres. Vu comme vous m’avez l’air pressés, je doute que vous ayez le temps de tout faire. Cinq suffiront.

Alors, voici ce que je peux vous conseiller:

A l’extérieur, tout d’abord.

Vous devriez aller voir cette statue, juste devant notre bâtiment. Pas vraiment une expérience, mais juste une sculpture. Fascinante. Diane la chasseresse. Une pièce vraiment étonnante. Oui, vous la reconnaissez, c’est la même qu’au Louvre! La femme forte, la femme courage dans toute sa splendeur.

Ensuite, devant la clinique nous avons installé une parabole acoustique. Une expérience étonnante! Il y en a deux, l’une en face de l’autre à près d’une trentaine de mètres de distance.

Placez-vous chacun devant l’un de ses objets. L’un dira un mot, l’autre l’entendra à trente mètres. Incroyable! Peut-être qu’un jour on pourra exploiter cette innovation pour permettre aux gens de se parler de très loin. Voire, même, pourquoi pas, s’envoyer des photographies. Avec des filtres caustiques. Mais je m’égare.

Toujours dehors, tout près des paraboles, vous pourrez y découvrir un zootrope. Amusez-vous à observer les douze pièces s’animer. Comme vous le savez certainement, les frères Lumière viennent de déposer leur brevet de cinématographe il y a deux ans. Ils se sont inspirés des travaux sur le zootrope d’il y a plusieurs dizaines d’années pour en réaliser des images mouvantes. Ils prévoient même de montrer leur invention dans un théâtre à Lyon. Une affaire à suivre de près. Vous vous imaginez les émotions ressenties lors d’une telle projection?

Toujours dehors, vous pourrez également apprécier le Gnomon. Un cadran solaire. Allez voir quelle heure il est en fonction de la position du soleil. Et vous avez de la chance, il fait beau aujourd’hui, pas comme vendredi. Il manque toutefois un élément majeur au cadran. Un bâton. Comment faire pour savoir précisément l’heure qu’il est? Cela symbolise bien l’importance de l’homme dans l’univers. J’apprécie fort l’analogie. Essayez-le.

Une autre expérience incroyable à ne rater sous aucun prétexte. L’hémisphère de Macdebourg. Vraiment. Essayez! Vous aurez besoin d’être deux pour la réaliser. C’est Aristote le premier qui lança la théorie. La nature a horreur du vide. C’est ensuite Torricelli qui l’a reprise pour déterminer que le vide avait une force. Oui, vous m’avez bien entendu. Le vide a une force. Intéressant, non? Une expérience fascinante!

Maintenant, à l’intérieur de mon institution, vous pourrez y découvrir de nombreuses expériences.

Commencez peut-être par Colladon. Jean-Daniel Colladon. Mort il y a deux ans. C’est lui le premier qui fait des recherches sur la transmission du son dans l’eau. Curieux, n’est-ce pas? Qu’on puisse mesurer le son d’une rive à l’autre du lac. Suivez cette expérience. Elle me fascine. Les mots peuvent porter une réverbération sur la nature.

Allez aussi voir la toute première pile. La pile de Volta inventée en 1800. Un moyen pour conserver l’électricité générée. Donc oui, on peut réussir à conserver l’énergie. Comme les émotions.

Et surtout, également au premier étage, allez vous amuser avec nos expériences sur les conversions, les unités de mesure. Quand mesurer devient politique. Et qu’on parvient à renverser l’ordre de choses. Le pied du roi, abandonné pour être remplacé par une unité plus citoyenne.

Ha. Maintenant que j’y pense. Allez voir les yeux. Enfin, je veux dire les prothèses. Les yeux de verre, artificiels. Insolite. Les yeux, fenêtres de l’âme. Et quid des prothèses? Je vous laisse méditer sur cette question.

Enfin, allez voir mon scientifique préféré, Horace-Bénédict de Saussure. Un pur Genevois. Mort il y a presque un siècle. Nous avons son manteau. Une pièce unique. Grand naturaliste. Il fut parmi les premiers à voyager dans les Alpes. Mais c’était surtout un scientifique de rien du tout, si je puis me permettre. Un… Touche à tout. Il a énormément contribué à la société scientifique genevoise. Il a développé des instruments. L’hygromètre. Le cyanomètre. Selon la couleur du ciel. Mais qui ne ne sert à rien.

Fils de bonne famille, Horace-Bénédict fut attiré par la montagne. Jeune, ses premières excursions sur le Jura, les Voirons, le Salève, lui donnent goût pour la montagne et la botanique. En 1787 il gravit le Mont-Blanc. Deux ans plus tard, ayant placé de l’argent en France, la Révolution le ruinera. Il finira par mourir quelques années plus tard en 1799 après avoir rédigé son principal ouvrage, les quatre tomes de Voyages dans les Alpes. Un ouvrage phare pour la science.

Tout ça pour dire qu’Horace-Bénédict était un visionnaire. Un courageux. Il est allé au bout de sa curiosité. De ses rêves. Et vous?

Voilà. Promenez-vous parmi ces dix expériences. Mais ne participez qu’à cinq d’entre elles. Cela suffira amplement pour ce dimanche. Et n’oubliez pas, à chaque expérience vous pourriez y obtenir de précieuses informations sur l’avancée de la science en cette fin de siècle. Nos expériences s’arrêtent aujourd’hui à 15h.

Bonne fin de journée à vous. Et n’hésitez pas à revenir nous voir. Je pense que cela vous fera le plus grand bien. Vous avez besoin de vous reposer. »

Ha, et j’oubliais. Quand vous aurez fini de faire le tour de nos expériences aujourd’hui, revenez-me voir. J’ai une information à vous communiquer. Mais après. A tout de suite!

Et vous vous enfilez dans la clinique pour observer les expériences, les ateliers. Et retrouver la piste du malfaiteur que vous avez suivi jusqu’ici. Il doit se cacher quelque part parmi tout ce fatras scientifique.

Vous avez déjà fait le tour des expériences? Vous en avez en tout cas vue cinq? (cliquez ici)