La vieille dame semble très heureuse et vous tend un morceau de papier ainsi qu’un peu d’argent. Il s’agit de la liste.

« Et bien… Qu’allez-vous faire de tout ça ? »

« Oh… ce ne sont que quelques produits ménagers et surtout de quoi me coudre un nouveau chapeau… le soleil est tellement fort en ce mois de mai. »

« Vous avez bien raison… » répondez-vous. « Nous revenons tout de suite ! »

Vous traversez la rue et allez faire les courses de cette charmante vieille dame. En revenant avec les éléments, vous l’aidez à les enfourner dans son grand sac.

« Merci. Non non gardez la monnaie, c’est la moindre des choses ! Mais dites- moi… il me semble vous reconnaître. Ne seriez-vous pas… les amis de Sherlock Holmes ? »

Vous confirmez d’un geste de la tête. « J’ai énormément suivi ses enquêtes à Genève et je suis une grande admiratrice ! Si je vous avais reconnu·e·s avant, je ne vous aurais jamais demandé d’aller faire mes courses. J’ai honte. Excusez-moi ! »

Vous éclatez de rire ensemble. « Ne vous inquiétez pas madame, si cela nous avait dérangé, nous vous l’aurions dit ! »

« Merci de votre honnêteté, jeunes gens! Mais dites voir, j’aurais une requête… peu commune… Comme je vous disais, je suis une grande admiratrice… une fanatique même je dirais, de Mr Holmes. Pensez-vous que je pourrais le… rencontrer ? »

« Ha, pardon madame, mais actuellement il n’est vraiment pas disponible, il s’est absenté de Genève… »

« Ah… je vois… c’est normal. Bien sûr. Il doit être parti résoudre une enquête ailleurs.» La dame semble très déçue… elle baisse les yeux, puis reprend : « Mais peut-être auriez-vous quelque chose, un objet, ayant appartenu à Sherlock? Quelque chose que je pourrais utiliser comme porte bonheur, en souvenir de ma rencontre avec des proches du maître ? ».

Vous réfléchissez quelque seconde, puis vous vous rappelez la Livre Sterling que Sherlock vous avait offerte un jour et qui se trouve toujours dans votre poche, comme un fétiche…

Vous décidez d’offrir la pièce à la dame. Cliquez ici.

Ou

Vous décidez de dire au revoir poliment à la dame. Cliquez ici.